Identité

Mme Delphine GUYET

masseur-kinésithérapeute cadre de santé

responsable pédagogique métiers de la rééducation, conseiller scientifique paramédical, IFRES Alençon 61

Adresse :
Université de Rouen Normandie
UFR des Sciences de l’Homme et de la Société
Rue Lavoisier
76321 MONT SAINT AIGNAN CEDEX

Tél :
Email : delphine.guyet@univ-rouen.fr

Informations

Thése soutenue le 9 mai 2019
Langue(s) pratiquée(s) : Français

Thème de rattachement : Thème 1 : Enfants, jeunes en dialogue : singularités, groupes et sociétés

Titre de la thèse : Apprendre à lire le patient en formation initiale de masso-kinésitherapie : approches cliniques.

Directeur de thèse : Jean-Luc RINAUDO, PU

 

Résumé de thèse :

La récente réingénierie des études de soignants paramédicaux en général et celle de MK en particulier (en 2015), introduit une nouvelle dimension dans les cycles de formation : le raisonnement clinique. Défini par Higgs (2008) comme « processus de pensée et de prise de décision qui permet au clinicien de prendre les actions les plus appropriées dans un contexte spécifique de résolutions de problèmes de santé », celui-ci vise à développer et évaluer chez les apprenants leur capacité à lier des savoirs concernant la situation de la personne malade (bio-psycho et social) et des savoirs professionnels, techniques, cognitifs et relationnels. En s’intéressant au processus d’institutionnalisation du raisonnement clinique, cette thèse interroge les processus d’enseignement (notamment des tuteurs de stage) et d’apprentissage de cette pratique par les futurs MK, notamment à partir des différentes séquences proposées. Le raisonnement clinique fait appel à une pluralité de schèmes au sens de Pastré (2011) mobilisés par les apprenants pour analyser un problème de santé et construire un projet de soin pour la personne malade. La compréhension de la mobilisation de tous ces schèmes, le modus operandi des étudiants en situation d’apprentissage du raisonnement clinique occupe une place centrale dans cette thèse inscrite clairement dans une didactique professionnelle.
Réalisée à partir d’observations de terrain, de séances d’apprentissage filmées, d’entretiens et d’hétéroconfrontations (N=20) auprès de patients, tuteurs libéraux et étudiants stagiaires, cette recherche a permis de catégoriser par une méthode qualitative d’analyse de contenu, à l’aide du logiciel N’Vivo, les 5 portraits des triades patient/tuteur/étudiant en s’appuyant, entre autres, sur les ressources mobilisées (Piot, 2009) et les configurations de tutorat (Kunegel, 2011). Nous tentons ensuite de repérer des grandes lignes de force ou de divergence entre les différents portraits.
Le raisonnement en kinésithérapie serait un outil favorable à l’incorporation de savoirs théoriques abstraits mobilisés en situation pratique avec les patients, qui sont adaptés et incorporées par chacun. Il est un outil de bricoleur, un fil rouge qui permet l’adaptation au patient et dont les tuteurs cherchent à s’émanciper pour leur pratique de « la vraie vie », dans un style qui leur est propre, au sein du genre kinésithérapique. La première séance serait un moment d’étonnement voire d’éblouissement pour l’étudiant. Le patient est un tiers totalement intégré dans le processus de la séance, qui par sa fonction de médiation, aide à l’intégration des savoirs et à l’apprentissage du raisonnement clinique. Nous proposons une modélisation de celui-ci en co médiation.

 

 

Mots-clés

didactique professionnelle, tutorat, formation paramédicale, schème, raisonnement clinique