Souleymane YAGO

Identité

Mr Souleymane YAGO

Adresse :
Université de Rouen Normandie
UFR des Sciences de l’Homme et de la Société
Rue Lavoisier
76321 MONT SAINT AIGNAN CEDEX

Tél :
Email : ysouleymane@gmail.com

Informations

Inscrit en thèse depuis : 2012
Langue(s) pratiquée(s) : Français

Thème de rattachement : Thème 4 : Ethiques, politiques, pédagogies, idées et disciplines

Titre de la thèse : Réflexion pour une éducation à la tolérance à l’école primaire au Burkina Faso

Directeur de thèse : Hubert VINCENT, PU

 

Le Burkina Faso est un pays multi ethnique avec a une tradition historique de coexistence dans la diversité. Cette tradition historique du vivre-ensemble a été rendue possible grâce à des valeurs que les différentes communautés ont su développer et entretenir pour tolérer leurs différences et partager le même espace de vie.

 

La colonisation a bouleversé, voire détruit ces valeurs, fragilisant ainsi les mécanismes traditionnels qui, jusque-là, ont entretenu le vivre-ensemble et l’équilibre social. L’indépendance qui a sonné comme un retour à la reconstruction de l’identité et des systèmes de valeurs a été un leurre. La mal gouvernance a continué de détruire les survivances traditionnelles et aggraver la fracture sociale entrainant la montée des tensions, des conflits, de la violence et de l’intolérance entre les individus, entre les groupes et entre les communautés.

 

L’école qui a été un instrument au service de la colonisation a joué un rôle déterminant dans la destruction des valeurs sociales et sociétales. Aujourd’hui, les canaux traditionnels d’éducation et d’instruction aux valeurs sociales de coexistence ont presque disparu. L’école est devenue le principal canal d’éducation et de socialisation fonctionnel au Burkina Faso. En nous interrogeant sur notre responsabilité postcoloniale dans un système éducatif qui ne répond pas aux aspirations de la société burkinabé en proie aux crises sociales, il est évident qu’on ne peut pas continuer d’attribuer le décalage entre l’école et les réalités sociales burkinabé à l’héritage colonial. C’est en cela qu’une réflexion sur l’éducation à la tolérance trouve sa pertinence dans l’édification d’une société de tolérance et du vivre ensemble au Burkina Faso.

D’où la réflexion suivante : Comment l’éducation à la tolérance à l’école primaire peut-elle s’appuyer sur des valeurs traditionnelles et modernes pour aider à construire une société de tolérance pour un vivre-ensemble des groupes sociaux dans leurs différences ?     

 

Mots-clés

Education, tolérance, valeur, vivre-ensemble, différence.

Retour haut de page